L'univers

Contexte

L’humanité n’est même plus une légende ; elle est un mythe

C'est une histoire tachée de sang et de larmes, de joies, de peines, de colères et de cris. C'est l'histoire des Hommes. Celles des humains et des Aphaius.

L'histoire commence il y a bien longtemps, quand l'humanité qui peupla la terre vit naître au sein de ses représentants des êtres hybrides capables de se changer en animal : les Aphaius. Bien peu d’autres choses les différenciaient des humains et les deux races se mêlèrent avec une facilité étonnante. Ils formèrent ensemble l’humanité. L'histoire continue dans la conquête, la guerre et le progrès. Elle s'enlise dans le racisme, la peur et la violence. Elle balbutie dans la politique, la lutte et l'évolution. Puis elle parvient à ce triste jour.

2017. Un vent de rage, de peur et de colère souffle sur la ville d'Anadéia depuis le scandale Xarunta qui plonge encore la population dans une stupeur retentissante. Les Aphaius en sont les premiers touchés. Le plus gros laboratoire de recherche au monde expose enfin son vrai visage, laissant échapper des années de documentations soigneusement récoltées. Des années d’expérimentations, des années de douleur et de souffrance, des années de mensonges. Des centaines d'Aphaius étudiés, disséqués et prisonniers.

Dans la ville d'Anadéia, siège des laboratoires Xarunta, l’histoire ne cesse d’affoler les foules et les tensions se creusent dans la population. Le scandale est immense et certains prennent des positions radicales dans le conflit, un racisme latent éclatant au beau milieu d’un monde en pleine crise. La guerre est politique, les élus ne peuvent tolérer un tel esclandre de la part d’un organisme si important, mais le mal est fait et les conséquences sont lourdes. Le doute, la peur, la colère, la haine apparaissent çà et là, le scandale levant le rideau sur de nombreuses vérités trop longtemps tues.

Le tapage a brisé les tabous, bouleversé un équilibre et attisé des différends entre toutes races. L’ordre ne reviendra qu’au prix d’un travail de longue haleine, et c’est parfaitement conscients de la fragilité de cette stabilité que certains en profitent, corrompant les plus puissants, s’en prenant aux plus faibles, faisant régner leur loi dans une ville trop occupée à rétablir l’unité.

L’humanité se scinde peu à peu en deux, mais elle devra mettre un terme à la guerre, avant que la guerre ne mette un terme à l’humanité.

Espèces

Que jouer sur Ex-nemesis ?

Aphaius

Les Aphaius sont identiques aux êtres humains, à la différence près qu’un Aphaius a la capacité de se transformer et prendre forme animale. Cette capacité n'en fait pas le moins du monde des humains à part : les Aphaius sont totalement acceptés et intégrés à la société. Ils accèdent aux mêmes droits de l'Homme que les humains "normaux", étant simplement hybrides au même titre que certains ont les cheveux noirs ou les yeux verts.

La transformation
C'est lors de l'adolescence, quand les hormones les travaillent que survient la première transformation. Les Aphaius ne contrôlent leur transformation qu'au bout de plusieurs années d'entraînement, parfois moins pour les plus doués d’entre eux, ou les plus déterminés. Pendant cette période de puberté, les émotions fortes, le stress et les agressions extérieures peuvent pousser à une transformation soudaine et incontrôlable. La plupart des Aphaius finissent par se contrôler totalement mais certains continuent encore à se transformer sous le coup de la peur, de la colère, de la surprise... Quand ils prennent forme animale, les Aphaius perdent leurs vêtements; les gros animaux les déchirent et les petits se mettent à nager dedans. Il est conseillé aux Aphaius, malgré ces aléas vestimentaires, de ne pas se promener nus dans la rue, cela pourrait nuire à l'ordre public.

Une forme animale, mais laquelle ?
Un Aphaius a une, et une seule forme animale qui lui est propre, tout comme l’est une couleur d’yeux ou de cheveux. Il ne découvre cette forme qu’après sa première transformation – d’ailleurs, un Aphaius ne se découvre Aphaius qu’après cette première transformation, étant identique aux humains le reste du temps. Les hybrides peuvent être de n’importe quelle espèce animale, qu’il soit un chat, un lapin, une girafe ou un saumon. Pour certains, comme les petits et moyens mammifères, la transformation n’est pas un gros souci, mais pour d’autres, comme les poissons et les mammifères marins, c’est une toute autre histoire… Certains Aphaius risquent bien de mourir, s’ils se transforment accidentellement et se retrouvent sans eau ! Il n’est pas rare pour les espèces aquatiques de se promener avec une carte indiquant leur milieu marin idéal – eau tempérée, salée ou tropicale.

Les petits, les gros. Les gros, les petits.
S'il existe parmi les Aphaius aussi bien de petits comme des gros animaux, on a remarqué que les spécimens les plus imposants (comme les girafes, les baleines, les orques, les éléphants, etc.) souffraient d'une forme de nanisme, comparés à leurs confrères animaux. Aussi, les Aphaius les plus gigantesques semblent très petits face aux véritables animaux dont ils prennent la forme. Amusant, non ? Rassurant, surtout. Une transformation spontanée peut toujours survenir. Imaginez un peu les dégâts si un Aphaius se changeait en une baleine bleue de trente mètres de long !

Une histoire de contrôle
Si les Aphaius peuvent se transformer comme bon leur semble, leurs émotions sont fortement liées à leur état physique. Les émotions les plus fortes, comme la peur ou la colère, mais aussi l’angoisse, l’embarras ou l’excitation, peuvent causer des transformations involontaires si les hybrides perdent le contrôle. Bien souvent, une transformation accidentelle totale est rare, mais il arrive qu’une transformation partielle survienne et qu’un bras, une jambe, se couvre de poils ou d’écailles, que des doigts se transforment en griffes, qu’une queue apparaisse, ect. Parfois, cette transformation est aussi momentanée qu’un éternuement, et d’autres fois, les hybrides ont besoin d’un petit temps pour se remettre de leurs émotions et retrouver totalement forme humaine. Tout dépend du contrôle de chacun, qui diffère selon les inpidus. Certains Aphaius se transformeront au moindre petit désagrément, d’autres pourront garder forme humaine quoi qu’il arrive.

Et pour la descendance ?
Les Aphaius sont fertiles comme les humains. Ils peuvent se reproduire entre eux, mais aussi avec les humains. Deux Aphaius n’engendreront pas forcément un Aphaius, le gène hybride pouvant sauter une ou plusieurs générations. En fait, les hybrides s'étant totalement mêlés aux humains au fil des générations, il s’agit bien souvent d’un hasard : des humains peuvent engendrer un Aphaius, des Aphaius peuvent engendrer un humain… Il s’agit d’une véritable loterie, et le comble est qu’on ne sera sûr de la nature de l’enfant que lors de la puberté, lorsqu’il se transformera ou non pour la première fois.

Phobos

Sont appelés « Phobos » les Aphaius souffrant d’une petite particularité. En effet, ils présentent tous un défaut notoire les différenciant des êtres humains et des autres hybrides. Les raisons en sont variées : des oreilles d'animaux qui restent présentes sous leur forme humaine, une forme de mâchoire étrange, des plumes dans les cheveux, des canines trop pointues... Il s'agit, bien souvent, d'un défaut difficile à dissimuler, parfois gênant, dérangeant. Certains Phobos sont par ailleurs incapables de se transformer totalement en animal, gardant une caractéristique humaine ou tout simplement, accédant à un stade entre l’humain et l’animal, une forme anthropomorphique qui leur est propre.

Les Phobos en société
On pourrait qualifier leur petite particularité de ‘handicap’, les Phobos sont donc relativement bien acceptés dans la société. De plus, ce "défaut" qui leur est propre ne les lèse que très exceptionnellement dans leur vie personnelle - leur particularité ne les handicape que rarement au niveau moteur et / ou mental. Bien entendu, leur apparence peut parfois causer quelques soucis mais la loi veut qu’aucune personne, hybride comme humain, ne soit victime de discrimination. Certains Phobos profitent d’ailleurs de leur apparence plus ou moins singulière pour se mettre en valeur. Une allure surprenante et unique leur permet de se détacher, et certains ont beaucoup de succès grâce à cela. Il arrive que certains Phobos se vantent d’une soi-disant supériorité par rapport aux Aphaius, mais ils sont rares.

La transformation
Du fait de leur ‘défaillance technique’, il arrive que certains Phobos aient du mal à se transformer. La transformation peut être douloureuse et/ou incomplète, voire intervenir à des moments aléatoires, sans prévenir. Cette défaillance se présente sous un aspect différent selon le spécimen. Certains Phobos ne souffriront d’ailleurs d’aucun problème de transformation, en dehors de leur apparence singulière. D’autres se transformeront sans arrêt sans même le vouloir, et d’autres encore seront incapables de changer de forme comme bon leur semble.

Humains

Inutile de tergiverser à ce sujet. Les humains sont ce qu’ils sont, des êtres humains totalement normaux, ayant évolué tout au long de l’Histoire pour devenir ce qu’ils sont aujourd’hui. Bien entendu, leur population est perse et variée – grands, petits, gros, noirs, blancs, femmes, hommes, ect – constituant ainsi la richesse de l’humanité.

Groupes

Les groupes à incarner

Voici les différents groupes du forum. Ils sont à différencier des espèces. Un membre d'un groupe peut être de n'importe quelle espèce.

Proioxis

Proioxis est la milice de la ville d'Anadéia, mise en place en 1820 et restructurée il y a quelques dizaines d'années pour réduire le taux de criminalité d’une mégalopole en pleine expansion. Leurs rangs comptent de nombreux agents, hybrides comme humains. Ils comprennent une faction spéciale, entraînée notamment pour faire face aux hybrides dangereux. Le but de Proioxis est de lutter contre les gangs, de plus en plus présents dans les rues de la ville, notamment depuis l’incident des révélations de Xarunta. La milice tente tant bien que mal de faire régner l’ordre dans Anadéia dans l’espoir de rétablir l’unité et la paix qu’il y avait pu y avoir autrefois.

Proioxis assure des missions diverses qui font sa spécificité :
▬ Des missions judiciaires, comme la constatation d’infractions, la recherche et interpellations des auteurs de délits, les enquêtes judiciaires…
▬ Des missions administratives, comme assurer la sécurité publique, maintenir l’ordre, donner assistance et secours aux citoyens…
▬ Et enfin, des missions militaires, avec une faction militaire spécialement entraînée, dont des membres formés pour faire face aux Aphaius.

Pour intégrer Proioxis, il est nécessaire de passer une batterie de tests physiques et psychologiques, des examens écrits et de suivre une formation de plusieurs mois. La milice ouvre également ses portes aux anciens délinquants, qui eux bénéficient d’une surveillance accrue pour s’assurer de leur bon comportement.

L’uniforme de service se compose d'une veste noire avec des sérigraphies « PROIOXIS », d’un pull à col rond bleu sombre et d’un pantalon noir. Les chaussures sont des rangers souples. Cette tenue se porte avec une casquette qui comporte une insigne ronde brodée représentant un aigle aux ailes déployées et bordée de laurier, en or ou argent selon la sudivision d'arme. La tenue est aussi équipée d’une ceinture en cuir et d'un étui spécifique pour l’arme de service, le Sig-Sauer Pro 2022.


Citoyens

Sont considérés citoyens les habitants d'Anadéia n’appartenant pas aux forces de police. Ils sont, comme tous citoyens de toutes villes, tous différents. Plus ou moins honnêtes, plus ou moins riches, plus ou moins puissants… La ville d'Anadéia compte plusieurs grosses fortunes, mais également des quartiers extrêmement pauvres. Anadéia est constituée d’une population assez cosmopolite, comptant plusieurs nationalités parmi ses habitants.

La vie politique d'Anadéia est particulièrement agitée en ce temps de crise et parmi les élus, on trouve des humains comme des Aphaius, ces Aphaius comptant même des Phobos dans leurs rangs. Anadéia est aussi le siège des laboratoires Xarunta, le laboratoire de recherche pharmaceutique le plus important au monde. Quelques grandes entreprises ont également installé leur maison mère dans cette mégalopole. A Anadéia se trouve aussi une des plus grandes universités du pays.

Les métiers des citoyens d'Anadéia sont donc très variés : hommes politiques, vendeurs, chercheurs, scientifiques, libraires, professeurs, techniciens de surface… On y trouve de tout, du plus petit métier au plus pointu.

Beaucoup de citoyens ont bien remarqué que le climat se dégradait dernièrement, et certains ont même adopté des positions plutôt radicales sur le débat. On a vu des conflits racistes éclater dans quelques lieux de la ville. Généralement, Proioxis est là pour calmer les foules, mais certains citoyens clament à la liberté d’expression pour faire entendre leur voix. Quoiqu’il en soit, le scandale Xarunta n’a pas fini de faire parler de lui…


Pègre

Ils s’organisent parfois dans l’ombre, d’autres fois à la vue de tous… Des malfaiteurs faisant régner la loi dans la rue, et d’autres s’élevant secrètement dans les hautes sphères de la ville pour prendre le pouvoir. Anadéia a vu son taux de criminalité monter en flèche, ces dernières années, sans vraiment pouvoir l’expliquer. La ville est spacieuse et développée, une place de choix pour les bandits sans vergogne.

Quelques gangs de rue sévissent dans les quartiers les plus sombres de la ville. Entre vols à la tire et dégradations du matériel public, les plus violents commettent des crimes d’une gravité plus importante, comme des agressions, et Anadéia recense même quelques cas de meurtres. Les noms des gangs les plus étendus sont connus de la population d'Anadéia et ils sont plus ou moins craints. Certains membres de gang portent un signe distinctif, mais d’autres, au contraire, se dissimulent parmi la population, agissant sous un tout autre visage pour cacher aux yeux du monde leur véritable nature.

Le gang Deus Arès est le gang le plus connu de tout Anadéia. Il a tout d’abord sévi dans les quartiers pauvres avant de gagner en puissance et s’étendre bien plus au cœur de la ville. Le gang Deus Arès a trempé dans pas mal d’histoires de corruptions et bien des membres ont été arrêtés par Proioxis. Cependant, Deus Arès compte à présent tellement de fidèles que Proioxis a bien du mal à contenir ses méfaits. Des bruits courent d’ailleurs selon lesquels des membres du gouvernement seraient corrompus par les chefs de la pègre. Les dirigeants de ce gang gèrent bien certains mystères, c’est d’ailleurs comme ça qu’ils ont pu s’étendre à ce point. D’après ce qu’on entend, rejoindre le gang ne serait pas bien compliqué, mais le quitter est une tout autre affaire…

Le signe distinctif des Deus Arès est un bandeau rouge attaché au bras ou porté n’importe où sur la tenue. Leur insigne est une tête de chien à l’expression agressive surmontée de l’écriture μαλερός, ‘brutal’.


Deimos – Solitaires

La cité compte aussi des solitaires, des marginaux qui préfèrent agir de leur côté, sans se lier à un groupe. On les appelle « Déimos », des esprits de la peur qui hantent les ruelles sinueuses d'Anadéia, des gens qu’il vaut mieux craindre car ils sont la terreur et le danger. Certains se laissent convaincre par quelques pots-de-vin pour servir d’informateurs à Proioxis, d’autres suivent les ordres de riches puissants en échange d’un bon salaire… D’autres encore, eux, vivent à leur manière, étant leur propre patron pour n’avoir à suivre les ordres de personne.

Ces gens-là n’ont, pour la plupart, aucune attache. Pas de famille ou pas d’amis, ils ont quitté leur ville d’origine, ou bien ils ont toujours été là… Ils font parfois affaire avec des gangs, ou bien des citoyens peu scrupuleux. Quoi qu’il en soit, ils se débrouillent toujours pour trouver de quoi vivre – jamais de manière légale, cependant, sinon ils ne seraient pas des marginaux. Leur vie n'est pas facile, ils ne peuvent pas compter sur la société pour les soutenir. Dur de trouver un logement sans salaire légal, dur parfois de se nourrir sans travail honnête, dur de survivre en marge de la société...

Beaucoup peuplent les quartiers ouest, qui comptent un nombre important de squats. Certaines personnes racontent que les chats errants qu’on y trouve sont en réalité des Aphaius qui profitent de leur capacité pour chiper un peu de nourriture çà et là.

Xarunta

L'histoire d'un scandale

Le laboratoire Xarunta est un laboratoire de recherche pharmaceutique mondial. Il est à l'origine de la création de nombreux médicaments et a gravé son nom dans la recherche médicale. Connu mondialement, son siège se trouve à Anadéia. Bien que peu de monde associait son nom aux médicaments et substances pharmaceutiques écoulées mondialement, on associe aujourd'hui Xarunta à un scandale mondial.

Les fuites d'informations des laboratoires Xarunta ont causé le trouble dans la grande ville d'Anadéia. On y découvre des expérimentations médicales menées sur les Aphaius depuis des dizaines d'années, des recherches illégales menées sur les hybrides dans le but de développer des médicaments, de découvrir des traitements contre perses maladies et de faciliter la survie de l'être humain. Les expériences pratiquées par les médecins et chercheurs de Xarunta se sont déroulées hors des protocoles scientifiques et des codes déontologiques admis et reconnus par la communauté scientifique et médicale internationale. Elles exposaient les cobayes hybrides à des conditions cruelles voire barbares pour les plus extrêmes d'entre elles.


Extraits des rapports des laboratoires Xarunta

Expérience dirigée par le Dr. Friedrich, Septembre 1944
Donneur A, femme adulte, 36 ans, groupe sanguin O positif. Donneur B, chien de race berger allemand, 4 ans.
Greffe d'une rate d'animal sur un être de type dit 'Aphaius'. L'objectif est de vérifier la compatibilité entre hybride et animal afin de mesurer les possibilités qui s'ouvriraient alors pour le monde médical.
Opération datée du 21 septembre 1944. L'état du cobaye A s'est stabilisé, l'opération s'est déroulée dans le temps imparti.
Lendemain, 22 septembre 1944, le cobaye A souffre d'une forte fièvre. On lui a injecté quelques antibiotiques. Nous surveillons l'état de son incision.
[...]
28 septembre 1944. Nous soupçonnons une septicémie. Bout des extrémités grisâtres, asthémie et fiévre importante. La plaie s'est infecté et le corps rejette la greffe. L'expérience peut être considérée comme un échec, il est urgent d'étudier chaque composante de l'équation pour ne pas réitérer les mêmes erreurs.

Expérience dirigée par le Dr. Brücke, Avril 1988
Cobaye A, Homme adulte, 59 ans, groupe sanguin B négatif. Cobaye B, enfant de sexe féminin, 8 ans, groupe sanguin AB positif.
Absorbtion d’eau de mer pour les deux cobayes. L’objectif est de vérifier si un hybride peut survivre en ingurgitant du chlorure de sodium liquide. Expérience datée du 18 avril 1988.
21 avril 1988. Nous Constatons, sur les deux cobayes, une augmentation flagrante de la soif afin d’uriner.
30 Avril 1988. Le cobaye B est décédé de déshydratation. Les cellules du Cobaye A semblent s’être vidées de toute eau ; nous suspectons sa mort dans les prochains jours.
2 Juin 1988, le cobaye A est décédé à son tour des mêmes symptômes que le cobaye B. L’expérience est positive.

Rapport du Pr. Goldman, Décembre 1998
Expérience de cristallisation du sang sur un être humain et un « Aphaius ». Les pathologies inhérentes à l'être humain peuvent-elles toucher les êtres hybrides ? Existe-t-il, chez les Aphaius, des immunités à certaines maladies qui nous touchent, nous, humains ?
L'expérience qui suit sera le seuil de notre réflexion et le corps de notre recherche.
Cobaye A, femme adulte, 23 ans, groupe sanguin A positif. Cobaye B, homme adulte de type Aphaius, 45 ans, groupe sanguin B négatif.
5 Décembre 1998, nous introduisons une pathologie dans le corps des cobayes.
[...]
16 décembre 1998, le cobaye A est thrombosé au niveau de la veine iliaque gauche. Aucun symptôme apparent pour le cobaye B.
17 décembre 1998, nous introduisons le sérum de cristallisation du sang dans le cobaye A et B afin d’obtenir des résultats avant la mort du cobaye A.
18 décembre 1998, le cobaye A est décédé d’une embolie pulmonaire. L’expérience est un échec au vu de la non-cristallisation du sang dans le cobaye décédé.

Expérience dirigée par le Dr. Jakobsson, Mars 2014
Test du vaccin UCP-Vax. Etude et suivi de l'évolution de la télomérase chez tous les patients. Les cobayes souffrent tous d'une forme de cancer plus ou moins avancée.
1 Mars 2014, introduction du vaccin A. Les cobayes sont tous mis en quarantaine pour étudier chaque cas séparément.
6 Mars 2014, Deuxième injection. On dénote une douleur musculaire importante au niveau de la première injection. Crampes et légère paralysie musculaire chez les cobayes les plus frêles et les plus jeunes.
10 Mars 2014, nous avons dû isoler deux cobayes. Forme de délire aigu, hallucinations visuelles et auditives. Probablement des effets secondaires du vaccin. le taux de télomérase reste constant chez tous les patients.
11 mars 2014, aucune évolution positive dans le taux de globule blanc. Les cellules cancéreuses continuent de se multiplier. Les doses du vaccin sont réévaluées.
21 mars 2014, injection du vaccin B.
25 mars 2014, mort de trois cobayes suite à une nouvelle injection. La crise de délire des deux cobayes s'est calmée. Ils restent sous surveillance psychologique mais semblent s'être stabilisés.
2 avril 2014, six cobayes montrent des états de manque - tremblements, fatigue, humeurs instables, anxiété et douleurs musculaires. Un autre cobaye a tenté de mettre fin à ses jours, nous avons dû l’immobiliser.
3 avril 2015, nouvelle injection. On observe des effets secondaires du vaccin proches de l'euphorie. Myosis chez la plupart des cobayes. Réactions instables et imprévisibles.
[...]
5 mai 2014, dix-sept cobayes sont morts d’une overdose. Le vaccin thérapeuthique n'a aucun aucun incident sur le taux de télomérase. Le cancer de la plupart des patients a progessé. UCP-Vax déclenche une dépendance accrue chez tous les cobayes. La prise excessive en allonge ses effets secondaires. Test du vaccin E d'ici peu de temps.
[Données perdues au cours du piratage, reste des données crypté]
QO.$:*.PNOSà.(hg@:a:f*(.-(.gbhf. (f.+b=:l(fê
s*a.-(. 9(kcZe*(a+(:


Un secret bien caché

D'anciens employés de Xarunta affirment avoir été payés en échange de leur silence, d'autres encore assurent ne jamais avoir été mis au courant de telles pratiques. Les laboratoires Xarunta sont connus dans le monde entier pour leur recherches scientifiques et médicales. Il semble que leurs recherches illégales n'aient été connues que d'un petit nombre de personnes et menées dans l'ombre, à l'abri de tous les regards. Les rapports ont été mis sous coffre, soigneusement conservés pendant des années avant d'être numérisés plus tard, protégés par de nombreux codes. Personne ne sait encore comment les informations ont pu se retrouver ainsi au grand jour, toujours est-il que les expérimentations, bien qu'ayant évolué avec le temps et le développement des moyens du laboratoire, ont duré jusqu'au scandale.

On dénombre de nombreuses pratiques douteuses que l'on pourrait presque qualifier de torture, s'étalant sur quelques décennies. La liste est longue mais suffit à faire froid dans le dos. Le directeur général actuel nie toute implication dans ces expérimentations.

  • Expérimentations de greffe animale sur les hybrides
  • Expériences de stérilisation des hommes et femmes
  • Expériences par électrochocs
  • Expériences sur des hormones
  • Expériences sur le sang des hybrides, tests de résistances à perses maladies
  • Cristalisation du sang par solution
  • Expériences sur la régénération des muscles, des nerfs et des os
  • Essais d'alimentation
  • Expériences sur la résistance au froid, à la chaleur, aux brûlures et à la douleur
  • Expériences sur les transformations et le changement de forme des hybrides
  • Expériences avec le sérum sanguin
  • Elaboration de divers vaccins à l'aide de substances hormonales et sanguines
  • Développement d'une drogue de synthèse à partir du sang des Aphaius
  • ...

La liste est longue et témoigne de l'horreur subie par de nombreuses victimes durant tout ce temps. Une souffrance tue et cachée au profit d'une science douteuse, que le hasard ou le destin fait éclater au grand jour. Selon les journalistes, les dernières expériences remontent encore à peu de temps et certains hybrides auraient donc été relâchés en panique dans la nature. Proioxis enquête pour retrouver ces potentielles victimes.

Des coupables difficiles à identifier

Malgré l'importance du scandale et la gravité des faits, les coupables restent difficiles à identifier. De nombreuses expérimentations s'étant déroulées sur plusieurs décennies, les médecins et les chercheurs se sont succédés. Certains ont quitté le pays depuis plusieurs années, d'autres encore sont décédés... D'ailleurs, les nombreuses années rendent leur culpabilité plus compliquée à estimer. Même si les informations de ces expériences ont fusé, l'implication des coupables reste assez floue. Quelques personnes se sont vues convoquées à des procès, mais d'autres manquent encore à l'appel... Des enquêtes sont toujours en cours pour retrouver toutes les personnes impliquées dans le scandale Xarunta, mais l'affaire s'annonce longue et pointilleuse. D'ailleurs, certains des chercheurs s'arrangent comme ils peuvent pour échapper à leur sentence. On a acheté leur silence, ils trouveront bien comment se payer un semblant d'innocence...

Anadéia

La cité du scandale

Bienvenue à Anadéia ! Mégalopole florissante et siège des laboratoires Xarunta, Anadéia est une ville internationalement connue. Située entre les frontières de l’Allemagne, de la France et de la Suisse, Anadéia bénéficie d’un climat accueillant et d’un paysage ravissant. Il s'agit d'une ville tout à fait particulière, chevauchant trois pays. Anadéia est en réalité un petit Etat, comme Monaco, une ville-pays accueillant plusieurs centaines de milliers d'habitants.

Anadéia en quelques mots

Anadéia est une des villes les plus peuplées d'Europe. Elle est divisée en quatre grands arrondissements, Nord, Est, Sud et Ouest. Ses habitants s'appellent les Anadéiens. La cité compte deux langues officielles : l'anglais et l'allemand. On y trouve beaucoup de francophones mais le français n'est pas une langue officielle d'Anadéia.

1er arrondissement
Le premier arrondissement correspond à l'arrondissement le plus riche de la ville de Anadéia et également le plus cher. Il se présente comme une place financière d'importance mondiale, avec son quartier des affaires. Au niveau universitaire, le premier arrondissement abrite l'université de Anadéia, la prestigieuse université de Médecine et l'école de Proioxis. Il est un peu considéré comme le centre-ville d'Anadéia.

2ème arrondissement
C'est un quartier à tendance résidentielle, ce qui explique qu'il soit l'arrondissement le plus peuplé de la ville. On y trouve également de nombreux commerces, dont le centre commercial le plus grand d'Europe de l'Ouest.

3ème arrondissement
Un quartier à la fois résidentiel et industriel ; il est en outre le plus vaste de la ville d'Anadéia. Il est très ouvert sur l'extérieur, grâce à sa proximité avec les deux principaux aéroports de la ville.

4ème arrondissement
Le 4ème arrondissement a longtemps été considéré comme l'arrondissement pauvre d'Anadéia, mais depuis quelques années, la ville tente de le rendre plus accueillant. Proioxis intervient beaucoup plus dans ce quartier que dans le reste de la ville, il est le repère de beaucoup de gangs.

Population : 5 485 125 habitants.
Superficie : 102 458 ha.

Histoire

Quelques petites dates importantes qui ont marqué la ville d'Anadéia.

1258 ▬ Indépendance d'Anadéia, autrefois ville d'Allemagne.

1820 ▬ Création de Proioxis, une milice privée n'intervenant que dans l'Etat d'Anadéia.

1939 ▬ Seconde Guerre Mondiale. Anadéia ne prend pas part à la guerre malgré son ancienne appartenance à l'Allemagne.

1940 ▬ Le laboratoire Xarunta siégeant à Anadéia fait cependant officieusement affaire avec l'Allemagne, faisant preuve de discrétion pour conserver sa neutralité. Début des expérimentations sur les Aphaius à partir de prisonniers de camps de concentration.

1989 ▬ Incendie criminel du Parlement, causant la mort de vingt-cinq personnes. Le gang Deus Arès clame la responsabilité de ce crime.

1990 ▬ Remaniement des effectifs de Proioxis et réorganisation de la milice.

1996 ▬ Le parlement Européen siège à Anadéia. La ville entre dans l'Union Européenne.

1998 ▬ Légalisation du mariage gay.

2017 ▬ Fuite des données des expérimentations des laboratoires Xarunta sur les Aphaius.

Gangs

Qui sont-ils et que font-ils ?

Les gangs représentent une grosse partie de la pègre d'Anadéia. Ce sont des groupes d'individus partageant une culture et des valeurs communes, engendrées par leur association et le milieu social et urbain où ils vivent. Un de leurs traits caractéristiques est leur promptitude à employer la violence contre les autres gangs et à l'étendre contre à peu près n'importe qui. Ils s'engagent dans des activités criminelles de nature et d'intensité variables. Les gangs sont à distinguer de la mafia ! La mafia anadéienne est présente, mais contrairement aux gangs, on n'y rentre pas par copinage mais par initiation; il s'agit d'une société secrète avec des comportements et des principes bien différents des gangs.

Habitudes, organisation, hiérarchie
La hiérarchie varie d'un gang à l'autre mais fonctionne sensiblement sur le même principe. Les membres ne portent pas de titre mais se forgent un statut qui évolue selon leur ancienneté ou leurs exploits. On respectera alors plus ou moins un membre qui a fait beaucoup pour le gang, tandis qu'on accordera moins d'importance à une personne venant tout juste de rejoindre la bande. Beaucoup tissent des liens en prison qui perdurent une fois dehors mais la concentration des gangs dans le 4ème arrondissement permet à des individus jamais incarcérés de s'incruster malgré tout dans une bande.

Les gangs subviennent à leurs besoins de façons diverses : vols, arnaques, traffics divers... Chaque gang a sa spécialité, mais ce crime organisé reste un monde flou, mouvant et mal défini, même par lui-même. De même, le recours à la violence et à la cruauté varie d'un groupe à l'autre, et la palette est large. Certains n'hésitent pas à agresser, tuer ou torturer, quand d'autres ont un fonctionnement plus discret et feutré, voire un code de l'honneur ou une éthique. Certains gangs utilisent le meurtre ou le viol comme rite initiatique des nouveaux membres tandis que d'autres n'utilisent la violence qu'en dernier recours, que ce soit par souci d'économie de moyens, par respect de certaines valeurs ou pour préserver leur réputation. D'autres encore, dont les anadéiens n'osent même pas prononcer le nom, ont la réputation d'être des sanguinaires sans limite.

Les personnes qui deviennent membre d'un gang sont le plus souvent celles qui n'ont pas pu ou su trouver une place dans la société. On y trouvera donc beaucoup plus d'individus à problèmes, conflictuels, instables ou asociaux - aussi charmants puissent-ils être et quel qu'ait pu être le parcours qui les a amenés là - que de personnes équilibrées et en possession de tous leurs moyens, ayant eux-même choisi cette sombre voie. La plupart des gangs se choisissent un signe distinctif, pour se reconnaître et être reconnus. Il s'agit pour certains de tatouages, d'une couleur de vêtement, d'un accessoire... Les idées, là aussi, sont variées. Par provocation, certains osent même se pavaner en pleine ville avec ce signe distinctif bien visible.

Des statistiques floues
Proioxis peine à compter le nombre d'individus dans des gangs. La milice dénombre bien quelques gangs plus importants et se détachant du lot mais les chiffres fluctuent assez régulièrement, notamment avec des pertes et des recrutements. On peut cependant noter que le scandale Xarunta et toute la confusion qu'il a causé a fait exploser la violence des gangs, notamment dans le 4ème arrondissement. Les criminels se montrent plus violents, plus actifs, cherchant visiblement à profiter des remous causés par le laboratoire pour se hisser un peu plus haut dans la cité.

Deus Arès
On ne peut pas évoquer les gangs sans évoquer Deus Arès. Il s'agit du gang le plus influent et le plus connu de la cité. Il doit sa célébrité non pas à sa taille ni son ancienneté (bien qu'elle y contribue un peu), mais surtout aux coups d'éclat qu'il parvient à causer. Deus Arès frappe toujours fort et là où il faut. La corruption est une de ses spécialités et les journaux ont relaté plusieurs fois des faits à propos de personnes influentes de la ville tombées en déliquescence, achetées avec de l'argent, des cadeaux ou même des services. Deus Arès ne va pas seulement chercher ses membres parmi les délinquants ou les ex-prisonniers, mais également chez les membres de la société légale, ceux qui d'ordinaire ne viendraient pas traîner dans ce genre d'affaires. Fort de nombreux contacts dans la ville, le gang se porte bien et vit confortablement avec un marché important de trafic d'armes et de drogue. C'est d'ailleurs le seul gang qui ose marcher sur les plates bandes de la mafia.

Tout le monde n'intègre pas Deus Arès comme il le veut. Il faut prouver ses talents pour pouvoir être accepté au sein de la bande, en plus de montrer patte blanche. En effet, Deus Arès se méfie de tout le monde. Le savoir, c'est le pouvoir, et pour un gang qui doit beaucoup à ses informations récoltées ça et là, se faire soi-même voler des informations est un risque. Normalement, les nouveaux membres sont surveillés de près jusqu'à ce qu'on leur accorde finalement confiance.

Des questions ?

Vous avez des interrogations, envie d'en savoir plus ?
Vous pouvez toujours me contacter ! Pour plus d'infos, cliquez en dessous.

En savoir plus